Return to site

What’s my superpower?

I WILL FREAKING CHANGE YOUR LIFE !!!!!

What’s my superpower? I WILL FREAKING CHANGE YOUR LIFE. I am awesome that way.

J’ose enfin, l’écrire, le dire, l’assumer.

Ce n’était pas facile, mais je l’ai fait. Il aura fallu du temps pour que je me l’admette, enfin. En écrivant ces mots, j’ai même comme un poids qui s’ôte de mon cœur, de mon corps. Enfin, j’assume qui je suis, ce que je fais.

Un mois que je me suis installée en tant que thérapeute, un mois que je pataugeais dans le flou total de comment j’allais structurer et monétiser tout ça. Il y a quelque chose qui clochait, je savais vaguement ce que c’était mais ne voyais pas comment y remédier.

Les retours des premiers clients étaient les mêmes. « Arlette, je ne sais pas ce que tu fais. Arlette, ce n’est pas clair. »

Une session de coaching avec Clarisse Libene m’a fait mettre le doigt dessus. Si j’avais du mal à articuler mon travail, comment convaincre d’autres personnes de me suivre. « Il n’y a pas de mots pour décrire ce que je fais Clarisse. Je travaille avec l’Invisible, comprends-tu. Pas possible d’écrire clairement ce que je fais et ce que j’apporte. »

« Travaille ton pitch, énonce clairement en quoi consiste ton travail », elle m’a répondu. Puis, elle m’a dit « Tu ne te rends pas compte, Arlette. Tu ne vois pas assez loin, assez grand. Pense à l’impact que tu as sur la vie de ces femmes. » Oui…Bon. J’ y ai pensé vite fait mais jusque- là, je ne me rendais pas vraiment compte.

Puis ce weekend, j’ai déjeuné avec Jihène. « Tu as changé ma vie », m’a-t-elle dit-elle dans la conversation.

Et hier soir, j’ai eu comme d’habitude, quatre heures de conversations avec Dani. « Tu ne te rends pas compte, m’a-t-elle dit. Tu as changé ma vie. »

Et là, la prise de conscience à commencer à se matérialiser.

Je change des vies. Je change des putains de vies les gars !!!!

Je n’avais jamais osé me l’avouer jusque-là. Je n’avais jamais osé assumer les résultats de mes accompagnements, je n’avais jamais osé me les attribuer pleinement.

A chaque début d’accompagnement, je préviens les femmes : « Ce n’est pas moi qui agis, ce sont nos équipes lumineuses là-haut ». Je ne promets rien, je ne garantis rien d’autre qu’une amélioration générale. Mes outils clés : la foi et l’intention. Je me suis longtemps cachée derrière l’intangibilité de tout cela pour ne pas pleinement assumer mon travail et les résultats qui en découlent.

Pourquoi ? Parce que cette voix, toujours très forte en moi, me demandait qui je suis pour penser changer des vies. Et si demain la magie ne se reproduisait plus ? Qui je suis pour promettre un tel changement ? Pour qui je me prends ? Un peu d’humilité ce serait pas mal non, ça va les chevilles ? Tu penses que tu es la seule ? Tu n’es pas médecin que je sache ?

Jusqu’à hier soir c’est cette voix qui m’empêchait d’endosser clairement et fermement mon travail, ce que je fais, ce à quoi je suis putain de bonne !!! Changer des vies, reconnecter les femmes à leur puissance, à leur essence. Voilà ce que je fais, et je le fais même très bien.

Comme me l’ont martelé Dani et Clarisse, ces femmes dont tu as soulagé les douleurs des règles, les douleurs de l’endométriose, ces femmes qui ont compris les symptômes de leur dépression et qui aujourd’hui la gèrent beaucoup mieux, ces femmes qui ont retrouvé la joie de vivre, la joie d’être, ces femmes qui ont retrouvé une connexion amoureuse, ces femmes qui peuvent de nouveau envisager d’avoir des enfants. Ces femmes qui sont désormais bien dans leur vie, dans leur peau, dans leur maison, dans leur boulot, TU AS CETTE LEGITIMITE, TU PEUX PRENDRE LE CREDIT DE CES TRANSFORMATIONS !!!

Et pourtant…et pourtant. Tout cela n’est qu’une partie de ce qui est accomplie lors de mes accompagnements.

Moi, par pudeur, par fausse humilité, par peur du jugement, je n’en ai jamais parlé, je n’ai jamais aussi accepté pleinement les mercis reçus ! « Oh ça va, ce n’est rien ». En minimisant mon travail, je me suis minimisé moi-même, je ne me suis pas respectée.

Et c’est la boule au ventre que j’écris tout ceci. Parce que cette voix qui me demande pour qui je me prends, elle a du mal à partir. Et surtout parce qu’en effet, avant-hier soir, je n’avais pas pris la mesure de l’impact. De l’impact de mes accompagnements.

Je remercie le ciel pour mes sœurs qui m’accompagnent, me soutiennent, parfois de loin, parfois de près, toujours avec beaucoup d’amour et de bienveillance et qui ont appuyé sur le message jusqu’à ce que je l’entende et le comprenne. Merci pour cette énergie qui me porte et qui me l’a fait réaliser hier soir. Oui, je suis puissante. Tu es puissante, nous sommes puissantes séparément, ensemble.

Bon maintenant, je vais reprendre l’exercice de Lyvia. A quoi je suis putain de bonne ??? I am changing lives baby !!!

Je vais écrire mon pitch, comme Clarisse me l’a conseillé : Que fais-tu Arlette ? Je change des vies ma chérie !!!!!

Et toi aussi, si tu veux changer ta vie (oui, oui j’assume), je suis dispo par email.

Tu veux lire l’histoire d’un changement de vie, Danielle raconte son expérience ici.

Une montagne de baisers,

Arlette

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly