Return to site

Littérature Africaine et érotisme

Internet est souvent accusé du pire. Mauvaises rencontres, perte de liens humains, tout ça tout ça. On parle cependant un peu moins, de toutes ces belles choses qui peuvent provenir d’une interaction, d’un lien crée au détour d’une page LinkedIn, ou d’un flux Instagram. J’ai fait quelques belles rencontres sur les réseaux sociaux, et je voudrais en mettre une en lumière ici.

Lorsque j’ai publié Kinlam et les Animaux de la Forêt, il m’a fallu approcher des lectrices pouvant en parler autour d’elles, des lectrices dont les enfants pouvaient être intéressés par le livre. Toutes celles que j’ai approché ont gracieusement accepté de le faire, elles ont été toute de suite disponible et m’ont rapidement donné leur feedback.

Parmi les perles qui m’ont tendu la main, il y avait La Demoiselle Chocolat. Avant de la rencontrer, j’étais abonnée à son blog. Sur www.lademoisellechocolat.com, elle écrit et parle de littérature africaine principalement et à travers ses notes de lectures, aborde tous types de sujets touchant les femmes et hommes africains et afro-descendants que nous sommes aujourd’hui.

Un de ses articles récents, intitulé "La Pudeur n'est pas une réponse valable" a attiré mon attention, où elle faisait le point sur l’érotisme et l’image du corps noir dans la littérature africaine. J’ai accroché et elle a bien voulu me faire l’honneur d’en parler avec moi dans le cadre de mon podcast « parle et guéris ».

Comme pour beaucoup d’autres sujets, on a du mal à se rendre compte de l’impact immense que les images véhiculées dès le moment où les Européens ont mis le pied pour la première fois en Afrique, en Amérique ou en Asie ont sur l’inconscient collectif, encore de nos jours. Des articles tels que celui-ci http://bit.ly/2DviMfz parlent très bien de cet inconscient collectif conditionné par « les imaginaires sexuels coloniaux des sociétés occidentales ».

La Demoiselle Chocolat a voulu elle en revanche, étudier la manière dont ces corps étaient vus, décrits, considérés par les auteurs Africains. D’ailleurs, quels sont les auteurs Africains qui érotisent leurs personnages dans leurs ouvrages, quelle est leur approche ?

Dans notre discussion, La Demoiselle Chocolat mentionne et nous conseille entre autres Serge Bilé, Calixthe Beyala, Mohamed Mbougar Sarr « De Purs Hommes », Léonora Miano « Volcaniques : Une anthologie du plaisir », Hemley Boum « Le clan des femmes ».

Nous avons discuté de tout cela et d’autres choses avec La Demoiselle Chocolat un dimanche après-midi, et vous pouvez suivre notre discussion juste au dessus de cet article.

Je vous souhaite une belle découverte !

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly