Return to site

De diversité dans la littérature jeunesse

Il est des rencontres comme celle-ci, au détour d’un site internet, d’une publication sur les réseaux sociaux, qui nous réconcilient avec nous mêmes, qui nous réconcilient avec nos pairs, nos semblables. Je ne sais pas si tu vois de quoi je veux parler ? Je parle de ces rencontres que l’on fait « au hasard », pour ceux et celles qui croient encore au hasard, et qui nous rassurent sur l’avenir, le notre, celui de nos enfants. Oui, il y a du positif autour de nous. Il faut s’en rendre compte, il faut en parler. La vie est belle, et Gaelle en est la preuve.

Gaelle fait partie de ces femmes que j’admire, et à qui je voudrais ressembler un petit peu quand je serai grande. Gaelle, comprends-tu, a fait ce que j’ai toujours rêvé de faire, depuis toute petite. Elle vit avec les livres. Matin, midi et soir, la vie de Gaelle tourne autour des livres. Elle lit, elle corrige, elle conseille les auteurs, les encadre, elle distribuent leurs livres. Bref, vous m’aurez compris, Gaelle a une libraire, une librairie en ligne. Sa particularité, elle distribue des livres qui mettent en lumière la diversité. Des livres qui font de nos différences une richesse. Avec BookDiversité, Gaelle partage avec ses lecteurs sa vision du monde, basée non seulement sur la diversité dans l’éducation, mais aussi la bienveillance et la tolérance dans les rapports que nous créons les uns avec les autres.

BookDiversité est une librairie chère à mon coeur, elle a commencé a faire parler d’elle a peu près au moment où je sortais le livre 1 de Kinlam et les animaux de la Forêt. La présence de BookDiversité et d’autres auteurs afro descendants de littérature jeunesse sur la toile m’a rassurée. Elle m’a rassurée pour moi, pour mes enfants. Elle m’a dit que je n’étais pas seule dans cette recherche, seule dans ce noble combat pour la fraternité, la sororité, la reconnaissance de cette différence que nous portons tous en nous et qui fait de nous des êtres uniques. BookDiversité distribue et publiera bientôt des livres pour petites filles et petits garçons dont les ancêtres viennent de contrées autres, pour des enfants différents dans leur corps, dans leur manière d’être et leur manière de penser.

Pendant notre discussion, Gaelle et moi avons parlé processus d’écriture, littérature jeunesse, diversité et représentation, et plein d’autres sujets qui ont touché la maman que je suis. Nous avons également abordé l'impact qu'avait le manque de diversité dans la littérature, sur notre société. Il y a quelques mois, en parlant de Kinlam et les animaux de la forêt et de mes motivations, j'écrivais ceci:

C’est une scène plus précisément, l’année dernière, qui a provoqué l’envie d’écrire Kinlam et les animaux de la forêt pour mes enfants. Comme beaucoup d’enfants, mes garçons sont accros à l’univers Marvel et sa pléthore de supers héros. Superman, Batman, Spiderman et tutti quanti. En plein milieu d’un film mettant en scène l’un de ces super héros, Hugo s’est retourné vers moi et m’a demandé : « maman, n y’a-t-il pas de super-héros camerounais ? » Cette question, je l’ai reçue en plein cœur. Peut-être parce qu’elle me rappelait que j’avais encore beaucoup à faire dans mon travail de transmission de culture et de valeurs. Valeurs qui permettraient à mes enfants d’être sûrs d’eux-mêmes, d’avancer avec confiance dans un monde où il peut être compliqué de se trouver. Sur le moment, je n’ai pas eu de réponse claire et immédiate à cette question. Je leur ai dit « bien sûr qu’il en existe, on n’en fait tout simplement pas des films, comme celui que vous êtes en train de regarder. » Cette scène a eu pour effet deux choses : la première, c’est que j’ai immédiatement demandé aux enfants s’ils voulaient que l’on écrive une des histoires que je leur racontais le soir, histoire de créer nos propres super héros. Ils ont accepté la suggestion avec enthousiasme. L’autre effet de cette conversation, c’est que je me suis mise à chercher des livres pour enfants mettant en scène des héros, des enfants venant d’Afrique. Je savais qu’il en existait. Après tout, j’avais lu petite les grands classiques tel que Leuk le lièvre d’Amadou Kourouma, et je les avais lus aux enfants. Je cherchais cependant des histoires un peu plus modernes, plus proches du monde des enfants. De ces deux effets, j’ai mis le second en action tout de suite, et j’ai rangé le projet de livre dans un tiroir (pendant quelques mois).

En mentionnant ce passage et cet anecdote lors de ma discussion avec Gaelle, je voulais souligner qu'il était crucial pour tous et toutes, de nous diriger vers plus de tolérance et plus d'inclusion. J'ai la conviction que cela passe par l'éducation, par la lecture.

Pour mes fils qui veulent des héros qui leur ressemblent, pour mes nièces qui sont fières de leurs cheveux, pour nos enfants bien dans leur peau et amoureux de la lecture, je dis merci à Gaelle pour BookDiversité.

Ps: Musique de fond- The Man I love, Rokia Traoré

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly